MyAthlon

    Avant-première EV - Toyota passe au tout électrique avec le bZ4x

    jeudi 4 novembre 2021

    Toyota vient de dévoiler son bZ4x, un SUV électrique – le premier d’une série de véhicules 100% électriques que le constructeur japonais s’apprête à lancer dans les années à venir. Il se décline en version deux ou quatre roues motrices et promet une autonomie de 450 kilomètres grâce à une batterie de 71,4 kWh.

    Toyota

    Aujourd’hui, pour espérer atteindre les objectifs européens en matière d’émissions dans les années à venir, tout constructeur automobile se doit de proposer des véhicules électriques. D’où le lancement prochain par Toyota du bZ4x, dont le préfixe ‘bZ’ – acronyme de ‘beyond Zero’ – sera assigné à tous les futurs modèles électriques de la marque.

    Avec le bZ4x, Toyota – qui proposait déjà des moteurs essence et diesel, hybrides, à pile à hydrogène et hybrides rechargeables – entre enfin dans la cour des constructeurs de modèles 100% électriques.

    Un vrai SUV

    Est-il nécessaire de préciser que le bZ4x est un SUV ? Il s’apparente clairement au RAV4, même s’il mesure 8,5 cm de plus en longueur, avec un empattement plus long de 16 cm et un capot moteur surbaissé de 5 centimètres. Il présente un faciès quasi fermé, flanqué de part et d’autre d’accents foncés.

    Le tableau de bord digital est très enfoncé, de façon à ce que le conducteur ait une vue directe sur les informations nécessaires, sans devoir détourner le regard de la route. Plus besoin d’écran ‘tête haute’ non plus, du coup. A l’arrière, l’espace au niveau des jambes s’annonce généreux, avec une distance d’un mètre entre les hanches des occupants avant et arrière. Le coffre est annoncé avec un volume utile de 452 litres.

    Petit volant moins encombrant

    Parmi les nouveautés, il en est une qui ne risque pas de passer inaperçue. C’est le volant ‘One Motion Grip’ avec technologie ‘steer-by-wire’, dont le lancement est toutefois reporté à une date ultérieure. Fini le volant rond traditionnel. Place à un volant plus petit et de forme rectangulaire. Avec ce modèle inédit, il n’y a plus de lien direct entre le volant et les roues avant, puisque le transfert des mouvements imprimés au volant se fait de façon entièrement électronique. Les avantages ? Plus d’espace au niveau des jambes, une meilleure position de conduite et la possibilité pour le conducteur d’entrer et de sortir du véhicule plus facilement.

    Dans la moyenne, même s’il se montre innovant

    D’une puissance de 71,4 kWh, la batterie lithium-ion annoncée du bZ4x promet une autonomie WLTP de 450 kilomètres, avec une pompe à chaleur fournie de série. Il ne faudra que 30 minutes pour la charger jusqu’à 80% de sa capacité à l’aide d’un chargeur rapide. Pour le chargement en courant alternatif, le véhicule sera équipé d’un chargeur triphasé de 11 kWh à partir du quatrième trimestre 2022.

    En option, le véhicule sera aussi disponible avec des panneaux solaires sur le toit, lesquels permettront de parcourir 1800 kilomètres gratuitement sur l’année.

    Le bZ4x version traction est équipé d’un moteur électrique de 150 kW (204 ch) et 265 Nm, annonce une vitesse de pointe de 60 km/h et atteint les 100 km/h départ arrêté en 8,4 secondes.

    En version quatre roues motrices, il est équipé de deux moteurs électriques de 80 kW sur les essieux avant et arrière. Ensemble, ils délivrent une puissance cumulée de 160 kW (217,5 ch) et un couple de 336 Nm, affichent la même vitesse de pointe et accélèrent de 0 à 100 km/h en 7,7 secondes.

    Le lancement sur le marché est prévu dans le courant du second semestre 2022.

    Lisez aussi notre rapport sur la mercedes C300E et le Range Rover ici.

    Toyota